2019

Opéra Salle LE CHATEAU DE BARBE-BLEUE

Bela Bartok Le Château de Barbe Bleue (1911) Création à l’Opéra de Marseille - 10 Novembre Opéra de Marseille 17H

Bartok, « l’auto-interdit » qui exigea en 1938 de faire partie de l’exposition nazie Musiques Dégénérées et qu’aucune de ses œuvres ne soit jouée ni qu’aucune rue ne porte son nom tant que les dictatures persisteraient … Bartok, « l’auto-exilé » qui tel Barbe Bleue se mure dans l’adieu définitif de la création intérieure… et qui dans son seul opéra composé en 1911 pose les questions de l’art et de l’amour, de la liberté et de l’inéluctable, du passage de « l’incertitude à l’insupportable certitude » tel qu’il définit son exil vers les Etats Unis en 1940. Certitude et incertitude projetées sur la scène et conjuguées dans une mise en abyme par les œuvres d’un autre exilé hongrois Victor Vasarely et les appels au surréel d’un Salvador Dali.
Pourquoi un nouveau livret en français ?
Bartok dès la composition de Barbe Bleue avait demandé à la femme de Kodaly une traduction en allemand du livret de Balazs pour sa future création à Weimar (1925). C’est dire s’il tenait au l’intelligence par le public des paroles d’où d’ailleurs son exigence du parlando pour les chanteurs*. La traditionnelle traduction française de Michel Calvacoressi nous a semblé prendre trop de licence par rapport au sens premier et nous proposons une nouvelle traduction en collaboration avec Mme Enikö Sombrin du Consulat de Hongrie à Marseille.
Pourquoi Vasarely et Dali ?
Bartok participa au mouvement pictural et culturel de la Modernité Hongroise (1905-1920) ainsi qu’a pu le souligner la critique de Izor Beldi lors de la création du Château à Budapest « la musique de Bartok renchérit sur le texte « pathologique » de Balazs… il se peut qu’elle soit la musique de l’avenir, mais elle n’est en aucun cas celle du présent… Pourtant le génie de Bartok s’y exprime dans toute sa redoutable grandeur. Il fut révolutionnaire, il est anarchiste désormais ; il a suivi le néo-impressionnisme, à présent il dépasse même le cubisme musical ». On considère le portrait de Bartok par Bereny (1913) que l’on rapproche de ce jugement du peintre dans son essai sur le compositeur « ... l’ensemble des sons se présente à lui comme la totalité des couleurs (la nature visible) au peintre ; il perçoit les sons à la manière du peintre qui distingue les couleurs de la nature qu’il observe » (Journal Nyugat 1911). Nous pensons ici au clavier synesthésique de couleurs de Scriabine, à son Poème du Feu (1910) et aux Noces de Stravinsky que Raman Schlemmer d’après les archives de son grand père donna en 2008 à Bâle.
Barbe Bleue un opéra ? ou le rituel de la création ?
L’adresse du Regös (le « shaman » du folklore hongrois) dans le Prologue sert de véritable cadre à la création : « Hoi ! le conte, où le cacher/Etait-il ou n’était-il pas une fois ? ». Demeny, membre des jurys des concours de 1911 et 12, explique sa décision : « Cette œuvre (…) il la présenta aux concours d’opéra qui la refusèrent. Avec raison puisque tout génial qu’il soit, le Château de Barbe Bleue ne correspond pas à la définition élémentaire d’un opéra – ce n’est pas un opéra ». On repense à l’article de Kodaly « Ce texte « sans événements » est dépourvu de tous les poncifs habituels de l’opéra… la courbe dramatique et la courbe musicale se développent en parallèle et se renforcent mutuellement, en un double arc-en-ciel grandiose ». On serait tenté, de pair avec le sous-titre de Balazs « Mystère », non de se diriger vers un médiévisme art nouveau dû à la figure du « Barde » mais en se référant au primitivisme du « Regös » hongrois de se réorienter vers la mantique archaïque. Résurgence et renouveau du passé. A la structure en arche - chère à Bartok - on peut juxtaposer une structure cyclique (la mélodie pentatonique du début et sa tonalité reprenant avec la fin de l’œuvre), la temporalité dramatique (Aube, Midi, Crépuscule, Nuit) des « femmes » de Barbe Bleue renaissant avec l’aurore de sa nouvelle solitude. S’agirait-il d’un opéra de l’éternel retour ne s’accomplissant que dans son devenir ? Et dépassant l’anecdotique rapport homme-femme, une parabole humaine où le « trajet » est certes un tracé scénique mais qui doit sans cesser réinventer le sens de sa provenance et de sa fin…

Michel Pastore 2019

*« Jusqu’ici, j’ai partout constaté que, dans Barbe-Bleue, les chanteurs veulent interpréter les passages parlando (la majeure partie des parties chantées se compose de tels passages parlando) dans un rythme fixe (tempo giusto). C’est pourquoi j’attire votre attention sur le caractère complétement erroné d’une telle conception, alors qu’une sorte de chant parlé doit régner sans partage » Lettre de Bartok au chef d’orchestre Ernst Latzko (1924) pour la création de l’opéra à Weimar (1925)

  • Chrystelle di Marco soprano
  • Nicolas Cavallier baryton
  • Lorenzo Lefebvre récitant
  • Orchestre Philharmonique de l’Opéra de Marseille
  • Jean Philippe Dambreville direction
  • Roberto Venturi, Philippe Venault vidéo lumière scénographie
  • Michel Pastore mise en espace
    En collaboration avec la Fondation Vasarely et Dali Paris

Médias associés :

LE CHÂTEAU DE BARBE-BLEUE
Bela Bartok Le Château de Barbe Bleue (1911)

Les documents associés :