Le festival

Musiques Interdites

“Entartete Musik” – Musique Dégénérée : sous ce générique, les responsables culturels nazis mirent à l’index, dès 1933, les compositeurs les plus importants du début du siècle. Ces compositeurs, qu’ils aient disparu en déportation ou dans l’anonymat de l’exil, n’ont toujours pas retrouvé la place primordiale qui devrait être la leur dans la vie musicale de
notre temps.
« Personne » : sous cette absence d’identité, la dictature stalinienne de l’après-guerre condamna à son tour au néant les compositeurs de l’Est qui avaient survécu au génocide culturel nazi.
Rendre leur place à ces artistes, c’est restituer au public un patrimoine essentiel tout en affirmant les victoires de la création sur les dictatures.
Redonner vie à leurs oeuvres, c’est faire de ces créateurs voués à l’annihilation les acteurs d’une culture et d’une citoyenneté nouvelles.

Depuis 2004, l’Association pour le Festival Musiques Interdites réhabilite ces oeuvres lors de concerts, de conférences et des Festivals 2005 et 2006. A partir de 2007, le Festival Musiques Interdites en partenariat avec l’Opéra de Marseille fut repris dans l’enceinte du Camp de Terezin en République Tchèque en partenariat avec Ceska Kultura. Musiques Interdites 2008 a été sélectionné par la Commission Européenne dans le cadre de son action culturelle « Une mémoire Européenne Active » et figure dans la liste des manifestations de la Présidence Française de l’Union.

Musiques Interdites 2009-2010 a été retenu comme Projet Culturel Européen en tant que Mesures de Coopération.

Musiques Interdites 2010 a été de nouveau sélectionné devant la Commission Européenne dans le cadre d’ « Une mémoire Européenne Active » pour le projet « France-Allemagne- Pologne : le Nouveau triangle de Weimar ».

Musiques Interdites 2011-2012 a été présenté comme Projet Culturel Européen pour le programme « Marseille-Terezin-Prague-Trieste-Milan-Bologne ».

Musiques Interdites fait partie des projets de Marseille-Provence Capitale Européenne de la Culture 2013.